Tout savoir sur la réglementation des trottinettes électrique

Tout savoir sur la réglementation des trottinettes électrique

Devançant l'état, la mairie de Paris a ainsi voté début novembre, 7 mesures pour réguler la circulation de la trottinette et de la roue électrique. 

Entre rumeurs et informations partielles diffusées dans la presse non spécialisée, nous avons préféré questionner Christophe Nadjovski pour en savoir plus.

On ne présente plus les nombreux atouts de se déplacer en trottinette électrique ou en gyroroue en ville. Cela est encore plus vrai à paris,  il est donc normal que la population de wheeler et electrotteur y soit la plus nombreuse. Les utilisateurs ont tout de suite trouvé dans ce mode de déplacement une solution idéale pour gagner du temps, du confort et du plaisir sur leur trajet quotidien. Cependant, leur mulitplication sur les trottoirs et surtout l'arrivée d'opérateur de Freefloating a accéléré la nécessité d'encadrer son utilisation pour assurer un meilleur partage de l'espace public et la sécurité pour tous. C'est pourquoi la Mairie de Paris a pris position.

Pourquoi Paris anticipe la réglementation nationale? 

D'abord qu'on se rassure, la mairie de Paris n'a rien contre le Vleu "elles n’émettent pas de pollution et démontrent la vitalité de l’écosystème innovant et particulièrement dynamique à Paris en termes de mobilités non polluantes" nous affirme t on. Cependant, l'installation depuis ce printemps d'acteurs du freefloating, c'est-à-dire de la location en libre service de trottinette électique sans borne d'attache, a accéléré le besoin de réguler l'utilisation du Vleu (Véhicule Léger Electrique Unipersonnel). Comme nous vous en parlions il y a quelques semaines, la location en freefloating est à la fois une opportunité et une calamité pour le développement de ce nouveau mode de transport. En effet, dans un même temps, elle permet à tous de tester et de découvrir tous les avantages, mais aussi, elle génère des comportements parfois inciviques voir dangereux.

"La régulation est inévitable car il y a des comportements inadaptés de certains utilisateurs qui circulent de manière dangereuse sur les trottoirs et la chaussée ou qui garent leurs engins sur l’espace public de façon totalement anarchique. Dans l’attente du travail parlementaire, la Ville de Paris engage un travail afin de permettre une meilleure cohabitation entre les différents modes de déplacement. Nous sommes déjà en train d’élaborer en partenariat avec les opérateurs une charte des bonnes pratiques, ainsi que nous l’avons déjà fait avec les opérateurs de vélos et de scooters." Nous répond Emmanuel Samaniengo Chef de cabinet de Christophe Nadjovski.

L'objectif n'est pas de freiner leur développement mais bien au contraire d'en assurer le développement de façon harmonieuse et sereine. Ainsi, si la mairie de Paris annonce des mesures dissuasives comme la verbalisation de la conduite sur les trottoirs ou le stationnement gênant, elle met parallèlement des espaces de stationnements dédiés un peu partout et de la communication de prévention.

Circulation interdite sur les trottoirs ! 

Le principal objectif est d'assurer la sécurité des plus faibles. Tout comme nous attirons depuis des années l'attention de nos clients sur les 10 commandements du wheeler et electrotteur prudents, les piétons ont priorité absolue !

A cette fin, Paris interdit désormais les trottoirs aux trottinettes et autres gyroroues. Celles-ci devront circuler sur les pistes cyclables et la chaussée. 

Il est même prévu que les agents se réserve le droit de verbaliser les trotteurs sur les trottoirs et qui perturbent la circulation des piétons.

mais le plus important est la mise en place d'une grande campagne de sensibilitation à la sécurité.

Wheeler, Eectrotteurn soyez donc prudent et redoubler de vigilance envers les piétons. Laissez leur toujours la priorité, ne les surprenez pas.

 

 

Des parking à trottinettes

Un des principaux reproches fait au free floating, c'est de laisser celles-ci n'importe ou y compris dans des endroits particulièrement inappropriés comme devant des portes, des bouches de métro, dans les caniveaux.... 

 "Nous travaillons également avec eux pour établir un maillage dense d’espaces réservés au stationnement des trottinettes et vélos en free-floating, qui prendra la forme de places identifiées et marquées au sol, comme cela est actuellement expérimenté dans les 2e et 4e arrondissements. Ce maillage, qui sera défini en lien avec les opérateurs afin de déterminer les emplacements les plus pertinents, facilitera la cohabitation entre les différents usages."

 

 

Biensur ce problème se pose beaucoup moins pour les propriétaires qui en général prènnent soin de leur Engins de déplacement, les emmènent avec eux, les rangent sous leur bureau, et dans leur logement.

En bref, Les 7 mesures de la mairie de Paris

 

1) Diffusion d’une campagne de communication pour assurer le respect de la sécurité des piétons 

Chaque développement d’un nouveau mode de mobilité en ville créée des risques pour la sécurité des usagers. Ainsi, la Mairie tient va rappeler dans cette campagne que : 

  • Elle conseille le port du casque à tous les usagers de trottinettes. 
  • Elle recommande la plus grande prudence et demande le respect complet du Code de la route. 
  • Elle attire l’attention des usagers de trottinettes sur l’importance de faire spécifiquement attention aux piétons et notamment aux personnes les plus fragiles : personnes âgées, personnes avec des poussettes, enfants, personnes en situation de handicap. 

 

2/ Mise en place de la verbalisation des trottinettes électriques circulant sur les trottoirs 

Afin d’assurer la sécurité des piétons se déplaçant sur le trottoir, la Mairie de Paris se réserve le droit de verbaliser les usagers de trottinettes circulant sur le trottoir et perturbant la circulation des piétons. En effet, pour ces engins qui circulent parfois très vite, le risque de collision entre piéton et trottinette est réel. L’espace public doit rester sécurisé pour tous et les différents modes de transport doivent cohabiter pacifiquement. 

 

 

3/ Mise en oeuvre de la verbalisation des trottinettes stationnant sur les trottoirs qui gênent ostensiblement la libre-circulation des piétons 

Pour accompagner au mieux ces nouveaux dispositifs de mobilité, des solutions spécifiques de stationnement vont être proposées dans les semaines à venir. Cependant, dans l’attente, le stationnement des trottinettes électriques en free-floating sur les trottoirs est toléré, à partir du moment où il ne gêne pas manifestement la circulation des piétons. Dans le cas inverse, la Mairie de Paris se réserve le droit de les verbaliser et de mettre les véhicules gênants en fourrière. 

 

 

4/ Création d’un maillage dense de places réservées aux mobilités en free-floating 

La Mairie de Paris va établir un maillage dense d’espaces réservés au stationnement des trottinettes et vélos en free-floating, qui prendra la forme de places identifiées et marquées au sol, comme cela est actuellement expérimenté dans les 2et 4arrondissements. Ce maillage, qui sera défini en lien avec les opérateurs afin de déterminer les emplacements les plus pertinents, facilitera la cohabitation entre les différents usages. 

 

 

5/ Élaboration d’une charte pour les opérateurs de trottinettes en free-floating 

Afin d’accompagner au mieux ces nouvelles mobilités douces et innovantes, la Mairie de Paris proposera à tous les acteurs concernés de signer une charte sur le même modèle que celle déjà acceptée par les opérateurs de services de location de vélos en free-floating. Tout nouveau déploiement de solution de mobilité devra faire l’objet d’une signature préalable d’une charte avec la Ville. 

 

 

6/ Organisation du partage des données 

Les données recueillies par les opérateurs de mobilités en free-floating sont un bien commun, qui a vocation à être partagé dans le cadre de la charte. Ce partage permettra de proposer les solutions d’organisation les plus pertinentes. 

 

 

7 / Mise en débat du sujet de la redevance en cas d’exploitation commerciale de l’espace public 

Ces nouveaux services utilisent l’espace public dans un but d’exploitation commerciale. C’est pourquoi la Ville de Paris souhaite ouvrir le débat de la redevance, lors du projet de loi d’orientation des mobilités, sur toute exploitation commerciale de l’espace public, à fortiori si cet usage entraîne des nuisances et des dépenses